O. Montagnier ; T. Faure ; B. Kirsch ; J.D. Parisse ; B. Viaud 

 

Les besoins croissants en matière d'ISR (Intelligence Surveillance Reconnaissance) conduisent à mettre en œuvre de nouveaux vecteurs non pilotés de plus en plus endurants et qui, pour certains, opèrent à très haute altitude (pseudo-satellites). L'exigence du cahier des charges impose d'aborder leur géométrie au travers d'une optimisation multidisciplinaire (Multidisciplinary design optimization - MDO) intégrant l’ensemble des matières concourant à la conception : l’aérodynamique, la propulsion, la mécanique des structures et la mécanique du vol.

À titre d'illustration, ce sous-thème contribue directement au premier axe transverse (vecteurs autonomes). En effet, le compromis entre faible traînée et forte surface alaire nécessité par un drone HALE (Haute Altitude Longue Endurance) solaire conduit vers des voilures souples particulièrement sujettes aux instabilités aéroélastiques. Ces travaux mobilisent l'aérodynamique comme l'étude du comportement des matériaux composites (tissage aéroélastique, rupture des stratifiés).

 

Au-delà des agressions naturelles, la spécificité militaire conduit à s'intéresser au comportement de ces structures face aux armes à énergie dirigée (interaction laser matière).